La découverte des morceaux chez l’enfant porteur d’un handicap

Une fois que les biberons sont pris avec une certaine régularité et que l’enfant a diversifié son alimentation avec des céréales, des purées, des compotes et des produits lactés, il faut passer à un moment donné aux morceaux. Il n’y a pas, comme à 4 mois pour la diversification alimentaire, un âge où l’on donne le « top départ » pour les morceaux. Mais entre 6 et 9 mois, l’enfant peut commencer à s’y intéresser.

Souvent, c’est l’enfant qui se fatigue des purées et qui va grappiller dans l’assiette de l’un de ses parents des portions de leur repas. Pourquoi serait-il privé de ces bons morceaux que nous apprécions tant, nous, les « grands ». Alors on peut lui proposer des morceaux fondants, bien cuits, qui s’écrasent au contact de la langue ou qui fondent au contact de la salive.

D’autres au contraire ont du mal à quitter cette texture lisse sans surprise qu’ils connaissent bien. S’ils rencontrent le moindre morceau, le moindre grumeau, ils s’arrêtent de manger. Il est alors possible de procéder en mettant en place les stratégies suivantes :

  • En épaississant graduellement cette purée sans y laisser de morceaux.
  • En gardant certains légumes et/ou certains fruits fondants que l’on écrase à la fourchette et que l’on propose à côté de sa portion habituelle
  • En écrasant graduellement une plus grosse portion du repas
  • En introduisant ces mêmes fruits et légumes coupés en forme de bâtonnets ou de frites pour que l’enfant puisse facilement les saisir, les écraser, les coller sur ses cheveux pour finalement les mettre en bouche….et les recracher. 

D’autres au contraire ont du mal à quitter cette texture lisse sans surprise qu’ils connaissent bien. S’ils rencontrent le moindre morceau, le moindre grumeau, ils s’arrêtent de manger. 

Il est alors possible de procéder en mettant en place les stratégies suivantes :

  • En épaississant graduellement cette purée sans y laisser de morceaux.
  • En gardant certains légumes et/ou certains fruits fondants que l’on écrase à la fourchette et que l’on propose à côté de sa portion habituelle
  • En écrasant graduellement une plus grosse portion du repas
  • En introduisant ces mêmes fruits et légumes coupés en forme de bâtonnets ou de frites pour que l’enfant puisse facilement les saisir, les écraser, les coller sur ses cheveux pour finalement les mettre en bouche….et les recracher. 

Cette période durant laquelle l’enfant met en bouche pour recracher peut durer longtemps. L’enfant qui rencontre des difficultés motrices peut avoir besoin de plus de temps pour apprendre à saisir le morceau, à le porter à la bouche puis à l’écraser avec la langue ou les molaires. Votre enfant a besoin de temps et d’avoir de nombreuses opportunités de contrôler ce qu’il fait : « j’avale… ou je n’avale pas ? ». Ce temps de déglutition est totalement sous le contrôle de l’enfant et c’est à lui de décider ! Alors, patience!

Pour plus d’informations sur ce sujet, n’hésitez pas à vous procurer le livre e-book « L’accompagnement parental : l’alimentation du bébé de 4 à 9 mois. Plus d’informations en cliquant ici

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s